Les gros bouts de ma mere partie 08

23 Ocak 2023 Kapalı Yazar: analsex

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bbw

Les gros bouts de ma mère

Chapitre 8

Le retour à la maison familiale

La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille… Cela faisait un bon mois que ma femme et moi, nous nous disputions presque tous les jours, le plus souvent pour des bêtises, mais surtout pour nos horaires de travail qui nous bouffaient littéralement, c’était devenu intenable, engueulades sur engueulades, bref, nous avons donc décidé de nous séparer un peu, nous manquions d’air. C’est vrai que la situation des dernières semaines ne pouvait plus continuer, le plus dur, c’était pour nos enfants, une rupture n’est jamais facile à vivre…

Alors, comme bon père de famille, j’ai laissé ma femme, mes deux enfants dans notre maison et je suis retourné vivre quelque temps chez ma mère.

Ça n’a pas été facile de me réhabituer à vivre chez elle… Au début, je me sentais comme un étranger, j’avais même le sentiment de la déranger.

Le premier jour, ça allait, c’était comme si j’arrivais pour passer des vacances (valise, sacs…), j’avais retrouvé ma chambre de jeune homme.

Nous avons vécu une première semaine très calme, maman ne m’adressait presque pas la parole, ses rares mots étaient : « On mange! » ou « Bonne nuit! ». C’était comme ça jusqu’à ce fameux soir où, dans mon lit, j’ai fondu en larmes en pensant à ma situation : ne plus voir mes enfants tous les jours, c’était dramatique!

M’entendant pleurer, ma mère est venue à l’entrée de ma chambre, elle restait là sans bouger près de la porte comme si elle n’osait pas entrer, elle portait une chemise de nuit avec un gilet par dessus.

« Je n’en peux plus de cette situation, mes enfants me manquent!

— Je comprends, mais si tu trouves qu’il n’y avait pas d’autres possibilités que de revenir ici? Tu aurais pu encore t’accrocher et rester chez toi! Tu vas voir, ce n’est qu’un passage, ça va passer et tu vas pouvoir les retrouver!

— Tu crois…? Moi non, au contraire, je crois que ça va finir par bursa escort un divorce!

— Arrête, ne dis pas ça!

— Il faut voir la vérité en face! Et en plus, j’ai l’impression de te gêner ici, je me trompe?

— Tu ne me gênes pas, c’est juste que je n’ai plus l’habitude d’avoir quelqu’un ici…!

.. Depuis que tu es marié, ce n’est plus la même chose!

— Peut-être que je ne le serai plus pour longtemps…, marié! Et je ne sais pas ce qui va se passer et où je vais vivre les prochaines semaines, voir les prochains mois ou années…!

— Moi, tu ne me déranges pas, c’est aussi ta maison, ici!

— Merci, mais comme tu as l’air si distante de moi depuis mon retour ici, je pensais que tu ne voulais plus de moi près de toi! »

Ma mère était toujours debout à l’entrée de ma chambre.

« Loin de là, tu es mon fils et j’ai le devoir de t’aider quand ça ne va pas!

— Merci maman pour tout ce que tu fais pour moi…! »

Je me suis alors levé du lit pour aller près d’elle. Je l’ai prise dans mes bras en lui déposant de petits bisous, d’abord sur la joue, puis au coin des lèvres pour terminer, bouche contre bouche. Ma mère ne disait rien et acceptait mes petits baisers, puis ma langue. Nos bouches étaient en fusion, exactement comme avant. Maman me suçait la langue, puis ce fut à mon tour de la lui sucer. C’était terriblement excitant, mon sexe a gonflé d’un coup, mon érection était déjà maximum.

En l’embrassant, je descendis mes mains jusqu’à ses fesses, remontant ainsi sa chemise de nuit. Quelle stupéfaction, ma mère ne portait pas de culotte pour dormir?

« Tu as changé depuis que j’ai quitté la maison!

— Je sais, j’ai vieilli!

— Non, ce n’est pas ce que je voulais dire!

— Quoi alors, qu’est-ce qui a changé chez moi?

— Maman, tu ne portes plus de petite culotte!

— D’habitude oui, mais aujourd’hui, non!

— Comment ça se fait?

— Comment dire…, je me doutais bursa escort bayan que…

— Que quoi…?

— Comme tu étais triste, je me suis dit que tu allais avoir besoin de tendresse ce soir alors…!

— Alors quoi…?

— Alors, je l’ai enlevée! »

Plus rien ne me retenait, ma mère était là, dans mes bras, toujours aussi consentante et toujours aussi désirable, avec ses larges fesses et sa bonne grosse chatte qui ne demandaient qu’à être câlinées.

Nous étions debout, enlacés, nous n’arrêtions pas de nous embrasser comme si nous avions du temps à rattraper.

« Maman, tu m’as manqué!

— Toi aussi, très fort…! Au fond de moi, je n’attendais que ton retour! »

Tout était clair, ma mère comme moi, étions en manque de sexe, en manque de cette relation incestueuse maternelle.

Une fois assise sur mon lit, ma mère enleva cet affreux gilet. Je pus alors admirer les déformations de tissu formées par ses gros tétons. Quelle chance d’avoir toujours une mère qui a les seins qui pointent en permanence.

Il ne restait plus qu’à retirer sa chemise de nuit, je m’en suis chargé sans peine, ses tétines étaient enfin visibles.

Maman s’est couchée sur le lit avec un petit « Viens! ». C’est ce que je fis après m’être déshabillé complètement.

Allongé à côté de ma mère, mes mains parcouraient son corps quelque peu vieilli, mais toujours aussi excitant. Il ne me fallut que quelques secondes pour enfin sucer ses gros bouts que j’aime tant. Je pouvais les lécher et les mordiller légèrement. Ma mère avait les yeux au ciel et émettait de petits râles de plaisir.

« Oh, ça fait tellement longtemps, tes seins m’ont manqué!

— Tu leur as manqué, aussi! »

Après près de 5 minutes à m’occuper de ses seins, je descendis ma bouche sur son sexe. La chatte de maman était déjà très humide. Je la léchai de bas en haut jusqu’à son gros clito et à chaque passage, maman se trémoussait en émettant des petits escort bursa cris.

Ce petit jeu n’a duré que très peu de temps car ma mère me demanda d’arrêter, tellement l’intensité était forte.

J’ai donc stoppé, j’avais peur qu’elle jouisse trop vite et j’avais tellement envie de profiter, pleinement, de nos retrouvailles incestueuses.

Elle était toujours allongée sur le dos, alors je me suis mis à genoux à côté d’elle. Elle prit d’abord mon sexe en main avant de se retourner et de le prendre en bouche. Maman était à quatre pattes en train de me sucer. J’avais une main qui encourageait sa tête et l’autre qui pelotait ses petits seins tombants. Je roulais ses grosses tétines entre mes doigts. Ce spectacle valait vraiment le détour.

Pendant au moins dix minutes, maman a alterné suce, lèche et passage de ses gros tétons sur mon gland. Mon sexe était bandé à son maximum, je pensais que j’allais défaillir tellement l’excitation était grande.

J’ai dû lui dire d’arrêter car je ne voulais pas jouir tout de suite mais profiter d’elle un maximum. Nous nous sommes donc un peu calmés, nos jeux ne se limitaient plus qu’à des tendres caresses et à beaucoup de baisers passionnés entre une mère incestueuse et son grand fils.

Ce n’est qu’un peu plus tard et le sexe nettement moins bandé que nous avons repris nos ébats par une merveilleuse fellation dont maman a le secret.

À chaque coup de langue, mon sexe se redressait, elle partait toujours de la base et remontait jusqu’au gland puis le mettait en bouche pour une dizaine de va-et-vient puis recommençait.

Et puis arriva ce qui arriva, l’excitation était bien trop forte pour moi.

J’ai du déverser ma semence dans sa bouche. Maman gardait les lèvres serrées sur mon sexe, elle ne voulait pas en perdre une seule goutte.

J’avais enfin retrouvé cette mère incestueuse que j’avais quittée quelques années auparavant.

Plus tard cette nuit-là et le sexe ayant retrouvé sa vigueur, nous avons passés une belle nuit d’amour entre mère et fils.

Et comme elle dit toujours: « Avec maman, tout est permis! ».

Ca fait maintenant un mois que je suis revenu vivre chez ma mère et je crois que je ne vais plus jamais en repartir.

Rixman

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32